Speed Zapping

Spectacle musical | Théâtre du Petit Parmentier | En savoir plus


Dans la petite salle chaleureuse du théâtre du Petit Parmentier est présentée cette performance originale et réjouissante dans une atmosphère bon enfant et surtout festive. Il s’agit bel et bien d’une performance musicale, car les talentueux musiciens du groupe Mister O n’ont peur d’aucun répertoire et séduisent la salle par leur professionnalisme, leur ouverture, et surtout leur légèreté. Il est en effet inhabituel de voir du célébrissime rap ou hard rock culte joué sur scène par un groupe essentiellement composé de cuivres et de vents, dont deux saxophones, une trompette, un trombone et un sousaphone ! Speed Zapping vogue ainsi sur le mode d’écoute actuel de la musique sur nos divers médias, à savoir le fait d’écouter une grande variété de morceaux connus et très différents, que l’on n’hésite pas à changer pour en écouter le plus possible. A un moment du spectacle, les musiciens chargent donc le public de “zapper” grâce à une télécommande, et la formation jazz-funk se plie à ses désirs, d’Aerosmith à James Brown, sans craindre Beyoncé ni Bruno Mars. Un spectacle qui plaît ainsi autant aux familles qui s’amusent grâce à la grande interactivité entre les musiciens et le public, aux adultes joyeusement replongés dans la musique des années 1960 à 1990, ou aux simples amateurs de concerts acoustiques qui n’ont pas peur d’être sollicités pour s’amuser le plus possible.

Agnès Brunetière

50 ans de musique populaire, c’est ce qu’ils nous font revivre en une soirée.

Le spectacle musical Speed Zapping enchaine sa deuxième prestation en région parisienne après l’ouverture de la saison qui se déroulait la veille, même heure, même endroit. C’est donc à la MJC de Neuilly que l’on trouve un accueil convivial, une équipe souriante qui nous offre un apéritif de bienvenue. L’ambiance est à la plaisanterie. Tout est fait pour que l’on se sente à l’aise, entre amis. Une fois la proximité entre les invités créée, le show tirera sa force de l’élan de sympathie que nous commençons déjà unanimement à leur vouer, avant même de les avoir aperçus. Les spectateurs sont invités à se répertorier sur une liste nominative, comme de vrais VIP avant de prendre place dans la petite salle confinée du Théâtre du Parmentier.

L’équipe du Théâtre passe dans les rangs en nous attribuant un numéro : le concert va prendre la forme d’un grand jeu entre les artistes et le public complice.

La campagne publicitaire qui accompagnait les affiches du spectacle n’était donc pas mensongère (Ndlr : Le Seul Spectacle payant où ta place est remboursée… Si t’es bon !) : Le numéro d’un des spectateurs ce soir sera tiré au sort et l’heureux gagnant repartira avec son argent et une bouteille de champagne en poche. Le concept est alléchant, fort d’une originalité qui promet que la soirée sera singulière.

Le décor est chaleureux, bienveillant, on voit même de grosses fleurs colorées suspendues un peu partout dans la salle rappelant les folles années hippies à ceux qui les ont véritablement vécues.

Si l’on remarque que le public est intergénérationnel, c’est parce que la troupe de Mister O relève le défi de faire chanter d’un seul chœur tous ces individus habituellement étrangers. Les 6 interprètes aux noms de scènes déviants (Jault au tuba, Delac au saxo ténor, Croq aux percussions, Omer à la guitare, Faby à la trompette et Debiose au saxo alto) vont nous démontrer ce soir que le souffle créatif est commun à tout être humain. Et c’est bien dans le partage de leur art que le talent de la troupe va se révéler.

Cette originalité est le fil conducteur de Mister O et ses musiciens, “il fait fort”, en nous surprenant du début à la fin. Dès l’avertissement qui précède le show, les spectateurs sont priés de prendre des photos avec leur téléphone portable, de “bouffer” des chips, de siffler quand c’est nul, de se battre entre eux, bref, d’être réactifs et de se faire entendre. Le projet mis en avant est donc de créer un spectacle vivant, qui sera par conséquent toujours changeant ; avec non pas 6 acteurs mais 100.

Le ton anticonformiste donné, les premières notes nous transportent au beau milieu du rock alternatif des années 80-90 et nous en sommes ravis. Dans un sentiment partagé on peut lire sur une immense télé que Mister O est heureux de nous présenter Speed Zapping.

Le “zapp” consiste pour la soirée à faire un saut entre les différentes époques, à travers les tubes qui ont eu le plus de succès quel que soit le genre musical. La très grande variété des reprises (de Nirvana à Robin Thicke) force l’admiration : la prouesse technique et musicale présentée est frappante. On remarque que les tenues s’adaptent à l’époque et au genre interprété dans une rapidité effrayante. De plus, la difficulté s’ajoute lorsque c’est au public de choisir les morceaux joués à l’aide d’une petite télécommande. Véritablement, la performance relève de l’exploit.

Le show se poursuit à travers une mise en scène d’un concours entre deux équipes : la jaune et la rouge à celle qui connaîtra le mieux ses classiques. L’envie candide de se prêter au jeu le temps d’une soirée nous permet de redevenir adolescent. Plus qu’un bond dans le temps, Speed Zapping nous propose de rêver un peu et de revivre en musique des sentiments attachés à un vécu que l’on croyait dépassé. Les tubes emblématiques s’enchainent par la suite sous la forme de quizz musical que nous avons plaisir à reprendre tous en chœur, le pari est ainsi remporté : tout le monde chante sous le même diapason.

Speed Zapping a finalement recréé un peu de magie. En 100 minutes, nous dansons, nous faisons des selfies, nous crions à tue-tête les tubes de notre enfance ou de celle de nos parents. On peut en retenir qu’il n’y n’a pas d’âge pour apprécier une chanson, pour se laisser emporter par certains sentiments et que le plus important, c’est de les partager.

Mélanie Sauton