Soirée Klaxon #26

Concert | Les Trois Baudets | Learn More


C’était lors de la première des soirées Klaxon de la rentrée, le 05 Octobre dernier aux « Trois Baudets » ; cette salle de concerts fondée à la fin des années 1940, à l’initiative de Jacques Canetti.

Son objectif depuis plus de 70 ans est de faire découvrir et soutenir les jeunes artistes francophones, encore souvent inconnus, mais prometteurs.

Ce concert-là, comme d’ailleurs tous les concerts organisés aux Trois Baudets, est consacré à la chanson en langue française. Trois formations, choisies par Astérios Spectacles (producteur et tourneur), se sont succédé sur la scène des Trois Baudets dès 20h. Le jeune public présent, pas très nombreux, a eu l’occasion d’écouter Halo Maud, Ronan Martin et Adrien Soleiman.

Halo Maud a commencé la soirée avec son groupe de 3 musiciens : un batteur, un guitariste bassiste, un claviériste  et la chanteuse elle-même à la guitare électrique. Si on doit décrire sa voix, on dirait que c’est une voix d’enfant perdue, une voix de tête si douce, si timide par moment.

Ce qui est assez remarquable dans cette prestation, c’est le manque de cohésion et de complicité dans le groupe malgré une part de théâtralité indéniable qui échappe du jeu.

Ronan Martin a enchaîné ensuite avec son groupe de 3 musiciens : un claviériste, un percussionniste, un guitariste bassiste et le chanteur à la guitare électrique.

Ronan Martin avait, ce soir-là, une voix envoûtante et chaleureuse, une voix moitié chantée moitié parlée. On dirait que c’est l’extension naturelle de la parole vers le chant. Pour couronner le tout, le public arrivait à sentir beaucoup de cohésion, de complicité, de complémentarité et d’énergie dans le groupe : une vraie « vie scénique » ! Entre sincérité, humilité, joie contagieuse et beaucoup d’humour, les musiciens ont partagé avec le public leur musique.

Adrien Soleiman a clôturé la soirée. Il était accompagné par 3 musiciens : un guitariste bassiste, un guitariste électrique, un percussionniste et lui-même au clavier.

Le substrat commun qui réunit les musiques de ces trois artistes se résume comme suit : des musiques actuelles chantées, électroacoustiques avec des parties préenregistrées, d’autres « simples » d’écriture, touchante par son caractère peu dense, raffiné, composé de très peu d’éléments musicaux. Au fur et à mesure des morceaux, on rajoutait progressivement des couches de polyphonie, de polyrythmie et de solos d’improvisations sur un ostinato (une phrase musicale répétée à l’identique ou presque généralement à la basse d’une œuvre).

Ce concert était l’ouverture de toute une série de soirée « Klaxon » qui auront lieu un lundi par mois. Ne ratez surtout pas l’occasion d’y assister et d’y découvrir des musiciens talentueux émergents si vous êtes amoureux de la chanson francophone !

Amal Guermazi

Événement mensuel organisé par Astérios Spectacles, la Soirée Klaxon aux Trois Baudets sert à introduire de nouveaux musiciens au public.  Le genre de musique peut varier, mais le format de la soirée est toujours le même: trois mini-concerts d’à peu près trente minutes, un pour chaque artiste.  C’est une soirée innovante, mais bien en accord avec la philosophie du fondateur des Trois Baudets, Jacques Canetti, qui a conçu l’espace à la fin des années 50 comme une venue pour des jeunes artistes.  Il est maintenant devenu un classique Montmartrois.

La soirée du 5ème octobre, les groupes musicaux étaient les suivants : Hallo Maud, Adrien Soleiman, et Ronan Martin.  Aussi bien que tous ces groupes ont bien maîtrisé leurs instruments, il faut dire que Hallo Maud, le premier groupe à jouer, avait un son et un style plus développés que les deux autres.  Les chansons étaient phoniquement compliquées et la chanteuse avait une belle voix qui faisait penser un peu à celle de Blonde Redhead – douce, légère, et quelquefois étrange.  On notait aussi des aspects stylistiques semblables à ceux de groupes tels que Cocteau Twins et Wolf Alice.  Hallo Maud semble aussi être très inspiré par des groupes scandinaves, y inclût The Knife and Björk.  La programmation de leur mini-concert était bien conçue, et ils ont fini leur « set » avec un nombre qui était un vrai tour de force, mêlant du électronica, de la musique « noise », et du pop et en créant un œuvre enivrant, le parfait apogée du petit spectacle.

Le deuxième groupe, celui d’Adrien Soleiman, n’était pas au goût de cet auteur.  Phoniquement, il s’agissait d’une combinaison de musique électronique et du style des classiques chansons françaises (Brel, Gainsbourg à son pire). Le mélange de genres passait mal, et la voix de M Soleiman est vite devenue ennuyeuse.  On avait l’impression que ces mecs étaient des têtes un peu trop sérieuses pour faire du pop.

Quand le troisième groupe est arrivé sur la scène, il était déjà tard et le public était visiblement diminué.  Ceux qui restaient étaient peut-être un peu fatigués, et la musique, franchement, n’a rien fait pour réveiller la foule.  Ronan Martin joue de la musique du genre éléctro-atmosphérique, et lui et son groupe le joue bien.  Mais comme dernier concert de la soirée, c’était peut-être pas le meilleur choix.  On aurait pu, effectivement, organiser le «line-up» à l’inverse (Ronan MartinAdrien SoleimanHallo Maud).  Le résultat aurait été forcement mieux.

Tandis que cet auteur n’a pas adoré toute la musique entendue à la Soirée Klaxon, c’était, comme un ami a dit, « une très agréable soirée de lundi. » En tant qu’étudiant Erasmus, on devrait essayer à profiter le plus possible de la magnifique vie culturelle de Paris, et cela inclure non seulement de grands opéras, des musées, des spectacles des artistes célèbres, mais aussi des événements plus intimes et neufs, comme cette soirée aux Deux Baudets.

Anya Louise Brinich

Quelle agréable découverte que cette salle des Trois Baudets, nichée dans le quartier nocturne des bars et des cabarets ! Là, ce véritable tremplin pour les jeunes artistes de la chanson française offre d’excellentes conditions techniques, tant au public qu’aux groupes qui s’y produisent, lors des soirées Klaxon. Cet évènement mensuel promouvant la vivacité de la scène française a notamment révélé Fauve, et Christine and the Queens. En ce lundi 5 octobre, trois groupes se sont succédés devant une salle presque comble et très enthousiaste : Halo Maud, Ronan Martin and Adrien Soleiman.

Le premier a retenu d’emblée toute mon attention, et cela à ma grande surprise car je suis étudiante en chant et ne me laisse pas facilement séduire. Guitare électrique, clavier, basse, batterie et voix, c’est une formation pop-rock des plus courantes, mais l’utilisation de samples et de musiques électroniques apporte une couleur mystérieuse et onirique, ce qui n’est pas sans rappeler le très célèbre groupe anglais Metronomy. Surtout, la chanteuse, dont le talent de guitariste est malheureusement superficiel, possède en revanche une vraie identité vocale, entre nonchalance, voix légère d’enfant et fêlures. Elle apporte ainsi au groupe une grande étrangeté qui intrigue et séduit le public.

Souhaitons à ce jeune groupe une large audience!

Lili Aymonino

The soirée Klaxon est une bonne façon de découvrir de jeunes artistes francophones dans l’ambiance intimiste de la salle de concert des Trois Baudets. Ce lundi 5 octobre, la soirée présentait pour l’occasion HALO MAUDADRIEN SOLEIMAN and RONAN MARTIN.

La salle des Trois Baudets se trouve en plein cœur de Pigalle, le son y est vraiment bon et la salle est agréable. Ce qui est loin d’être le cas de toutes les salles de concert du quartier. En revanche, ne vous attendez pas à une fosse en délire, pendant les concerts la foule est sagement assise dans des fauteuils de théâtre confortables – ce qui est une bonne chose quand ce genre de soirée a lieu après un jour de travail. L’ambiance y est un peu froide à mon goût, un poil trop hipster et élitiste mais la position assise y est à mon avis pour beaucoup.

La soirée m’a permis de découvrir deux artistes (je n’ai pas pu assister au troisième concert). L’expérience d’aller à l’aveugle à un concert sans avoir écouté les artistes au préalable est enrichissante et je conseille pour cela la soirée Klaxon car je trouve qu’il est plus difficile de découvrir des groupes anglophones que francophones.

HALO MAUD :

Halo Maud, pieds nus sur scène, nous entraîne grâce à une voix mélancolique presque plaintive sur fond de rock indie parfois psychédélique. L’ensemble est déroutant et agréable, l’instru est vraiment sympa mais ne cache pas des faiblesses dans l’écriture des chansons, ce qui se remarque d’autant plus quand on chante en français.

ADRIEN SOLEIMAN :

Adrien Soleiman ou le dandy parisien typique, teinté d’influences comme Gainsbourg or Bashung. Des chansons symptomatiques de la chanson française, ayant pour thème l’amour, les filles, les vagues et le jardin de la maison de vacances. Pas ma tasse de thé.

Marine Huertas

J’entre dans la salle de spectacle des Trois Baudets. Nous sommes le 5 octobre, 54 Boulevard de Clichy, il est 19h56. Ambiance feutrée et velours pourpre pour cette soirée Klaxon. Soirée qui se veut novatrice puisqu’elle nous permet de nous laisser emporter dans l’univers de jeunes artistes prometteurs. Je m’assieds au milieu de personnes de tout horizon, intriguées par ces musiciens à l’aube de leurs carrières.

La salle s’assombrit jusqu’à être tapie dans le noir. La scène s’éclaire tandis que Halo Maud, seule femme de la soirée, se l’approprie. Silence et puis… Musique. Nous nous retrouvons entraînés à l’intérieur de nous-même, par ce rock tourmenté et cette pop fragile et déterminée, et portés par sa voix d’enfant perdu. Sirène mélancolique, elle nous chante des amours révolus, la nuit, le temps qui passe et qui file. On est suspendu au bout de ses lèvres en espérant que cela ne s’arrête pas, en espérant que les secondes, les minutes et les heures s’immobilisent le temps d’une soirée.

Après un changement de matériel, Ronan Martin et son groupe entrent en scène. Cette fois-ci, c’est une pop électronique qui retentit dans la salle entière. Le musicien au look de dandy déborde de charme, de sensibilité et d’humour ! D’ailleurs, le côté mélancolique de ses chansons contraste avec cet esprit rieur.  Ses chansons poétiques dévoilent sa nature rêveuse. Sa musique voyage entre musique électronique, chanson française et pop sans jamais rester cloisonnée dans tel ou tel style musical. Il entame sa dernière chanson Hors de Tout, qui qualifie parfaitement son style musical, salue le public et laisse place au troisième et dernier musicien de cette soirée.

« Bleu. L’horizon chromatique y reflète les cieux. Une cité d’embrun vairé d’azur à deux poissons d’argent nageant ensemble dans des eaux tumultueuses. Sur le littoral, solitaire, une demeure ouverte sur le fronton du monde. »[1] Adrien Soleiman, isolé dans cette maison, prend le temps de se raconter. Il exhume les souvenirs fanés d’un amour passé à travers sa pop électro. Quelle belle fin psychédélique que nous propose les Trois Baudets pour cette soirée Klaxon.

Les dernières notes fusent, puis s’évaporent dans la salle de velours pourpre. Silence et puis … Applaudissements pour tous ces artistes pleins de promesses. Je sors de la salle de spectacle des Trois Baudets. Nous sommes le 5 octobre, 54 Boulevard de Clichy, il est 22h23. Et je me laisse bercer par mes rêves rythmés au son de ces musiques enchanteresses.

[1] http://www.lestroisbaudets.com/spectacle/klaxon-­‐halo-­‐maud-­‐ronan-­‐martin-­‐adrien-­‐soleiman/
Salomé Coquoz