Placé sous l’invocation d’Étienne Dolet, grand humaniste du XVIe siècle, traducteur et auteur du premier traité de traduction en français, ce prix vise à attirer l’attention du public sur l’apport essentiel de la traduction à la culture et aux savoirs.

Le jury est composé d’universitaires et de journalistes spécialistes des échanges entre les langues et des questions de traduction.
Cette année, le Prix Étienne-Dolet a été remis à Sylvie Durastanti à distance mais en direct, sur Youtube le 31 mai 2021 à 18h.

Nouveau : Lancement du prix estudiantin de traduction Etienne-Dolet 2021

Lauréate 2021

Marie Vrinat-Nikolov
Professeur de langue et littérature bulgares et de théorie et critique de la traduction, Marie Vrinat-Nikolov est également responsable du Master de traduction de l’INALCO. Traductrice littéraire du bulgare (mais aussi du persan), elle développe une réflexion sur l’histoire et la pensée de la traduction dans une perspective comparée, notamment avec la France et en Europe médiane.

Lauréate 2020 

Sylvie Durastanti
Des romans de la Beat generation à la verve de Stephen Sondheim ou aux livrets des plus grands opéra, Sylvie Durastanti a traduit des œuvres très diverses, à partir de plusieurs langues. Son travail de surtitrage, notamment auprès du Châtelet, l’a conduite à réfléchir à la traduction du spectacle vivant et musical, dans son rythme, son esthétique, et ses contraintes si particulières. Elle est également l’autrice d’un Éloge de la trahison (Le Passage, 2002).

Retour sur la cérémonie de remise du prix à Sylvie Durastanti, 31 mai 2021.

Lauréats précédents :

2019 : Marc de Launay
Chercheur aux Archives Husserl de Paris. Il a traduit notamment les philosophes allemands (Kant, Schelling, Nietzsche, Husserl, Cohen, Adorno, Habermas etc.).

2018 : Mireille Gansel
Traductrice polyglotte (allemand, anglais et vietnamien), récompensée également pour sa réflexion sur l’art de la traduction, Traduire comme transhumer (Calligrammes, 2012).

2017 :  Jean-Baptiste Para
Traducteur de l’italien et du russe, mais aussi écrivain, critique d’art et rédacteur en chef de la revue Europe.

Organisé par Bernard Banoun, Professeur à l’UFR d’études germaniques et nordiques, Président du jury, et par Guillaume Métayer, chargé de recherche CNRS, secrétaire du Prix, avec le soutien financier d’Antoine Getten et de sa société de traduction Translations et le soutien de la Direction des Affaires culturelles de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.