Champs Élysées Film Festival – Introduction

S’introduire dans le monde du cinéma n’est pas sans risque. Les yeux bleus de Marylin, si attrayants soient-ils, cachent en réalité un gouffre d’interrogations. Diffracter la lumière, briser les faux-semblants, s’attaquer aux mythes sont des tâches que l’espièglerie sérieuse de l’icône américaine invite à entreprendre. Le Champs Elysées Film Festival est donc le lieu d’une plongée pour spectateur averti, plongée en eaux troubles dont le but est précisément d’offrir un contre-champ parfois violent au bleu turquoise des cartes postales idylliques. La programmation et les invités témoignent ainsi de cette volonté de déconstruction dont il est difficile de sortir indemne : pouvoir, sexualité, raison, tout est soumis à la violence de mythes qui façonnent notre perception de la réalité. Les mythes de la virilité, de la domination et de la productivité questionnent la notion même de progrès, celui-ci jamais pensé pleinement mais toujours compris comme le but ultime de la vie humaine. La dénonciation de cette logique, entreprise par des hommes et femmes dont le rôle premier semble de vouloir poser les bonnes questions, est le lieu d’un véritable laboratoire des formes. L’esthétique léchée ou au contraire très heurtée des films présentés cherche à provoquer le spectateur et à le sortir de son acceptation convenue des images. Celles-ci, dont le pouvoir est incontestable, représentent sans doute le grand enjeu esthétique, politique et idéologique du XXIe siècle et force est de constater que le festival met à l’honneur ceux qui luttent contre leur aseptisation. Sous le regard de Marylin, ouvrez grand les yeux !

Categories: Cinéma, reportage