Scène ouverte à la danse jazz

Danse | Café de la danse | En savoir plus


Caché à deux pas de la place de la Bastille, le « Café de la danse » ouvre sa petite scène et son mur de briques à des concerts et spectacles de tous les genres, du flamenco à la pop afro. Le 18 décembre, il laissait carte blanche aux étudiants – étudiantes pour la majorité – de première et troisième année en DNSP Danseur Jazz du Pôle Supérieur d’enseignement artistique de Paris-Boulogne-Billancourt (PSPBB) sous l’œil chaleureux d’un public composé de camarades enthousiastes, de professeurs, de parents et de quelques curieux.

Le PSPBB, qui dispense également des formations d’excellence de premier cycle en musique et en théâtre, est le seul établissement à délivrer le diplôme national de Danseur Jazz, en partenariat avec l’Université Paris-8. Les spectacles donnés chaque année à Paris et en région offrent non seulement une occasion aux élèves de s’exercer à affronter un public, mais ils ont également pour objectif de faire mieux connaître en France l’esthétique multiculturelle et novatrice de la danse jazz, importée des États-Unis.

Le spectacle était composé de six créations originales d’une durée variant de six à dix minutes. Les élèves ont activement participé à l’élaboration des chorégraphies, sous l’égide soit d’un professeur, soit d’un chorégraphe invité. Animés par une volonté constante de mélanger les genres, les danseurs ont accordé leurs pas aux rythmes du jazz, mais aussi aux sons plus expérimentaux du collectif Social Silence Music, du gospel ou encore d’une interprétation toute personnelle de Debussy (version guitare électrique).

Les techniques et styles de danse étaient eux-mêmes inspirés par le principe du mélange des genres, empruntant parfois au music-hall ou à la danse classique, intégrant chaque fois ces mouvements à différents sillages de la danse contemporaine. La diversité des vêtements, à la fois simples, colorés et oniriques, ajoutait un relief supplémentaire à ces échanges entre tonalités variées.

Certains corps se distinguaient déjà par leur assurance, leur rigueur gracieuse et la maîtrise  de leurs gestes. Une cohérence convaincante émergeait de l’ensemble. Mais surtout, le spectacle donnait à voir, au-delà de ces quelques prestations de qualité, les ferments de talents à venir, et un terreau très riche de possibilités et d’inventivité à explorer pour la danse en général.

Justine Leret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *