PLS numéro 9 (2019)

COMMANDER

L’« Invitée », Claude Debon, l’une des meilleurs spécialistes de Guillaume Apollinaire, fait le point sur la situation, cent ans après la mort du poète, d’une œuvre dont la modernité semble inépuisable. « L’entretien » permet à Bruno Doucey, poète et éditeur qui a su en peu d’années donner à sa maison une belle expansion, de retracer son parcours et d’exprimer sa détermination et ses convictions en matière d’édition de poésie.

La « Poésie contemporaine de langue française » propose des textes d’auteurs confirmés, mais donne aussi la parole à de jeunes poètes.

« Langues du monde » continue son tour d’horizon des poésies étrangères : une certaine poésie italienne d’aujourd’hui que le lecteur peut y découvrir, dans le cadre d’un échange original entre Place de la Sorbonne et la revue italienne Atelier. Il nous donne à voir la vitalité d’une poésie pour qui le monde extérieur, l’histoire, mais aussi bien sûr le lyrisme intime et la diversité des formes existent résolument.

« Contrepoints » est consacré à des œuvres photographiques de Luc Georges, « une série de photographies issue d’une année de rencontres avec les habitants de la Cité ouvrière de Mulhouse ».

Les commentaires de Gérard Berthomieu dans « Vis-à-vis » portent sur des textes d’Antoine Emaz (1955-2019), auteur d’une œuvre de tout premier plan.

Quant à la rubrique « Échos », elle se compose de deux volets : l’un, dû à Jacques Le Gall, excellent connaisseur du poète, propose une riche synthèse sur la vie et l’œuvre de Francis Jammes, qui naquit en 1868, voici cent cinquante ans ; l’autre, signé de Bénédicte Gorrillot, analyse avec minutie la nature du rapport de Christian Prigent à Homère dans son livre Commencement (1989).