Poème de Rorik Dupuis

Les pêcheurs de Glim

Évoluant sur les brise-lames
À partager une dernière Cleopatra
Nous contentant du spectacle sensuel de la mer

Quand la lumière d’or vous caresse les pattes
C’est comme une musique minimaliste

Le goût de la mer m’avait manqué

Quelque chose passe de ton œil au mien
Comme une connexion phénotypique

Les chats ne se gênent pas
Mais c’est cela qu’on admire chez eux
Cette désinvolture que leur beauté naïve excuse

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *