Orphée

Danse | Théâtre de Chaillot | En savoir plus


Un Orphée loufoque et décalé au Théâtre National de Chaillot

Le mythe d’Orphée est dans tous ses états. Danse ? Comédie musicale ? Opéra ? Ce spectacle n’appartient à aucun genre. Au Théâtre National de Chaillot, les danseurs chantent et les chanteurs dansent. Les musiciens chantent et les acrobates impressionnent. Le public rit et la mise en scène troublent. Tous sont en osmose avec les éclats de vidéos projetées sur écran en fond de scène. Les quatorze artistes sont animés par une énergie débordante qui peu à peu vient contaminer le public. Ils utilisent leurs corps, leurs voix, leurs personnalités pour rendre ce spectacle excentrique. Tous les interprètes défendent leur propre style : hip hop, danse africaine, salsa, danse contemporaine ou classique, chant africain, opéra … Et ce mélange des genres est parfaitement réussi. Souvent à deux ou trois sur scène, chaque passage est épatant et éclectique. Un danseur hip hop entre en harmonie avec une danseuse classique. Le duo entre les deux Orphée offrent une incroyable leçon de vie et d’acrobatie : l’un du haut de ses échasses impressionnent avec ses saltos et autres cabrioles et l’autre danse à l’aide de ses béquilles et de ses bras. Surnommé Merlin l’enchanteur, la performance de  Merlin Nyakam danseur, chanteur, bruiteur, acteur est remarquable. Son chant est envoutant et enjôleur : il fait danser les chanteurs et chanter les danseurs et même … le public. On sort heureux et légers.

Avec cette création, les chorégraphes José Montalvo et Dominique Hervieu revisite la légende d’Orphée dans une version très contemporaine. Toutes les étapes du mythe sont évoquées : un Orphée charmant les animaux, un Orphée amoureux, la mort d’Eurydice, la descente aux Enfers, la réussite et l’échec fatal, la deuxième mort d’Eurydice et Orphée déchiré par les Bacchantes. Et enfin, une interrogation de jeune artiste sur la quête du succès qui a pris les traits d’Eurydice. Avant de descendre aux Enfers, les deux chorégraphes s’étaient essayés au Paradis (1997), pièce qui mélangeait déjà poésie et musique et qui demeure l’un de leurs plus gros succès. En juillet 2011, Dominique Hervieu a pris la direction de la Maison de la Danse et de la Biennale de la Danse a Lyon. Jose Montalvo est toujours directeur artistique au Théâtre National de Chaillot, au cote de Didier Deschamps. Avec une vingtaine de spectacles à leur actif et plus de trente ans de collaboration, le duo d’artistes formé par le chorégraphe Montalvo et la danseuse Hervieu arrive désormais en tête des chorégraphes contemporains les plus populaires et les plus reconnus en France comme à l’étranger.

Coralie Pierret