LECTURE : Jackpot! / Stéphane Boudy, 2019 – Editions Lajouanie

Un obscur petit fonctionnaire, sur les conseils d’un curieux marchand de biens franco-chinois, se lance dans l’achat et la rénovation d’appartements. Au fil de ses acquisitions, surfant sur la bulle immobilière de la capitale, accompagné d’un fidèle homme à tout faire qui réhabilite à la perfection ses logements, le jeune homme se retrouve rapidement à la tête d’une véritable fortune. Gérer un tel jackpot va s’avérer délicat… D’autant que la mort accidentelle d’une ex-employée envoie les deux hommes à la prison de la Santé. Depuis leur cellule, qu’ils retapent de fond en comble, le duo entreprend de déradicaliser les détenus. Le succès de cette dernière entreprise remonte jusqu’à l’Élysée. Le gouvernement engage alors ces drôles de missionnaires à exporter leur méthode explosive jusqu’en Indonésie… Une fresque insolente et iconoclaste sur le monde actuel et ses contradictions. Mondialisation, islamisation, manipulation sont les maîtres-mots de cette fantaisie littéraire politiquement très incorrecte.

Résumé et couverture : https://www.babelio.com/livres/Boudy-Jackpot-/1177156
Image d’entête : illustration, Pixabay

Jackpot ! , c’est l’histoire de Loïc Nicolas, un breton exilé à Paris et contraint de faire un travail qui ne le passionne guère. Il a très peu de vie sociale, hormis un déjeuner avec l’un de ses collègues le lundi midi. Un jour, son banquier l’appelle et lui suggère d’acheter un logement. C’est ainsi que la perception du héros sur l’immobilier et sur le capitalisme va changer. Dans Jackpot ! nous découvrons « les dessous » de la propriété immobilière et de ceux qui s’érigent à sa tête : leurs modes de gestion, leur style de vie, les limites avec la loi – qu’ils observent de loin et avec lesquelles ils jouent chaque jour. Jackpot ! nous entraîne dans une ascension sociale vertigineuse, déraisonnable et incontrôlée. On y suit le parcours du jeune Loïc ; certains lecteurs y trouveront un peu d’amusement, d’autres beaucoup d’inquiétudes. Il y a quelque chose d’ascensionnel dans ce récit qui va très (et trop, parfois) vite et loin.

En étirant la vie de Loïc Nicolas jusqu’à notre époque, Stéphane Boudy y mêle les grands maux actuels (comme le terrorisme), mais également le monde carcéral, la politique française et internationale. Nous retrouvons également l’évocation du Viêtnam, de Paris ou encore des thématiques plus vives, telles que l’islamisation. Tous ces éléments font du roman un texte très contemporain, très riche et qui convient bien à tous ceux qui veulent réfléchir sur notre société.

Je ne suis pas toujours d’accord avec toutes les conclusions proposées par l’auteur, mais il faut avouer qu’elles traitent d’enjeux au cœur de problèmes actuels. Cependant, je n’ai pas été entraînée comme d’autres ont pu l’être. Lorsque je lis un texte, je considère que l’écriture est aussi importante que le contenu. Le contenu ne m’a pas vraiment intéressée. Les problèmes actuels sont certes importants, mais je préfère les réceptionner à travers les bulletins d’informations. Le style d’écriture m’a également freinée, mais il convient au contenu.

Si je devais attribuer une note sur 5 à ce roman, je lui donnerais la note de 3.

— Amélie BOUTIN

Categories: Littérature