Diablo Swing Orchestra / “Pacifisticuffs”

Bienvenue dans cette première rubrique des Oreilles grandes ouvertes, traitant des dernières parutions musicales en matière de Rock, Blues, Métal, et bien d’autres. Trève de présentations, passons au premier disque, et pas des moindres.

Pacifisticuffs, 4e effort du groupe Diablo Swing Orchestra, est impressionnant. Votre plus grosse erreur de l’année serait de ne pas acheter cet album. Voilà ici le mélange entre du Jazz, de la musique classique et du métal, saupoudré de musiques du monde. Aussi est-il normal de trouver de la musique des îles au beau milieu du très énergique « Superhero Jagganath », ou bien des musiques balkanes dans « The Age of Vulture Culture », deuxième single de l’album.

Le premier single, justement « Knucklehugs », laissait présager de bons augures pour cet album, qui nous offre un mélange entre Johnny Cash, la musique punk, et la folie de ce groupe suédois, nous permettant de trouver côte à côte un solo de violoncelle, des riffs de trompettes et de lourds passages métal. Bien sûr, cet album n’est pas qu’une déferlante métal et violente ; il y a aussi des morceaux comme « Ode to the Innocent », ballade quasi-exclusivement basée sur la voix de Kristin et les cordes, ou « Climbing the Eyewall », alternant passage doux et violence lourde.

Malheureusement, cet album n’est pas qu’une immense réussite, surtout pour les fans de la première heure, ayant tout de même dû attendre 5 ans pour un nouvel album. La voix de Kristin, la nouvelle chanteuse, fonctionne parfaitement, mais c’est au détriment de celles des autres musiciens, qui étaient davantage mises en valeur sur les trois premiers albums. De plus, les violons et autres cordes frottées deviennent trop présentes, desservant parfois le groove et l’énergie de ce groupe. Enfin, la grande déception reste « Climbing the Eyewall », final de l’album, trop peu puissant par rapport aux autres finaux proposés notamment sur Sing Along Songs for the Damned and Delirious ou Pandora’s Pinata.

Pour finir, l’ouverture de Diablo Swing Orchestra à de nouveaux horizons continue. Ceux-ci lorgnent désormais vers le Disco sur « Jigsaw Hustle », les musiques dansantes sur « Karma Bonfire » ­ utilisant enfin à sa juste valeur la voix de Daniel, autre chanteur du groupe ­ ou bien les musiques électroniques sur « Vision Of The Purblind » et « Pulse Of The Incipient ».

En bref, si vous n’avez toujours pas trouvé de cadeau de Noël, voilà de quoi ravir plus d’un amateur de musique.

A bientôt, et n’oubliez pas : gardez les Oreilles grandes ouvertes.

Y. D.

Un morceau à écouter : Karma Bonfire